Article

Au Brésil, le virulent réquisitoire de 152 évêques contre la politique du président Bolsonaro

En pleine pandémie de coronavirus, plus de 150 évêques de l’Église catholique brésilienne ont fermement condamné la politique du gouvernement brésilien et de son président Jair Bolsonaro. Leur lettre a réactivé les divisions au sein de l’épiscopat brésilien.

Hugo Nin, correspondant à Sao PauloLa Croix, le 02/08/2020

Un véritable manifeste. Cent cinquante-deux archevêques, évêques, et évêques émérites brésiliens ont rédigé un texte commun qui tire à boulets rouges sur le pouvoir brésilien et sa gestion de la pandémie conduisant, selon eux, au « chaos ». Le ton de cette « Lettre au peuple de Dieu » est particulièrement sévère. Elle devait initialement être rendue publique le 22 juillet, mais a finalement « fuité » le 27 juillet dans un journal brésilien, après des tiraillements dans l’épiscopat brésilien relatifs à sa publication.

Dissensions au sein de l’épiscopat

La Conférence nationale des évêques brésiliens (CNBB), dont le conseil permanent doit se réunir la semaine prochaine, n’a d’ailleurs pas souhaité réagir à la publication de cette lettre par la presse. « Elle n’engage que ses signataires, affirme une source au sein de la CNBB, qui a refusé de reprendre à son compte cette diatribe sans concession. La lettre était déjà à l’ordre du jour de la réunion du conseil, le 5 août. Nous verrons bien quelles seront ses conséquences. »

Ce texte révèle les dissensions au sein d’un épiscopat divisé devant la présidence très clivante de Jair Bolsonaro. Certains évêques plus conservateurs ne souhaitent pas une opposition tranchée au gouvernement. En revanche, il est très bien accueilli par les réseaux héritiers de la théologie de la libération. Un millier de prêtres lui ont aussi apporté leur soutien et ont publié leur propre manifeste jeudi 30 juillet.

Pour Paulo Sergio Pinheiro, membre fondateur de la Commission de la défense des droits humains Dom Paulo Evaristo Arns – du nom de l’ancien cardinal de Sao Paulo –, « la lettre est un reflet très précis de la situation des droits de l’homme au Brésil ». « C’est une décision très importante car il y a des secteurs de l’Église brésilienne qui sont très alignés sur l’idéologie de la présente administration, explique-t-il, saluant l’engagement de ces évêques qui n’ont pas attendu une manifestation officielle de la CNBB. Ces évêques, très en phase avec les positions du pape François, ont pensé qu’il était important d’exprimer leur opinion. »

D’emblée, le texte adopte un discours très politique. « Nous prenons position vis-à-vis de la réalité actuelle du Brésil », assurent ses signataires, fustigeant l’« incapacité du gouvernement fédéral à affronter la crise », celle-ci ayant été « provoquée en grande partie par le président ».

Ils critiquent également vivement « l’incapacité et l’incompétence du gouvernement fédéral » qui « tourne le dos à la science » dans la lutte contre le coronavirus, « pour s’approcher du totalitarisme ».

Le Brésil est durement éprouvé par la pandémie, avec plus de 90 000 morts et 2,5 millions de cas de contamination, alors que le président Bolsonaro a affiché sa défiance vis-à-vis du confinement ou du port du masque.

« Une économie qui tue »

Les thèmes économiques et sociaux sont également évoqués avec force dans la lettre des évêques. D’après eux, le gouvernement accorderait la priorité à la défense intransigeante des intérêts d’une « économie qui tue », centrée sur « le marché et le profit à n’importe quel prix ». Ils dénoncent une politique qui « dédaigne les petits entrepreneurs, privilégiant seulement les grands groupes économiques, qui concentrent les revenus et les groupes financiers qui ne produisent rien ».

Les signataires s’indignent en outre de « l’obscurantisme » au pouvoir et s’insurgent même contre la composition du gouvernement, évoquant sans ambages des « erreurs grossières dans le choix des ministres de l’éducation et de l’environnement, ainsi que du secrétaire à la culture ».

Pacte pour la vie

Par cette missive musclée, ces évêques choisissent l’affrontement, en décalage avec la Conférence des évêques, qui ne veut pas couper tout dialogue. Adoptant souvent un ton plus modéré, la CNBB opte ainsi pour une action plus institutionnelle, comme l’illustre son adhésion en avril à un « Pacte pour la vie et pour le Brésil », aux côtés d’autres organisations de la société civile, dont la Commission Arns.

Cette voie plus conciliante ne l’empêche toutefois pas de hausser le ton contre le gouvernement d’extrême droite en place depuis le début de l’an dernier. Dans une lettre ouverte au Congrès national, l’épiscopat a récemment exprimé son « indignation » envers la décision du président de ne pas garantir aux Amérindiens et aux « quilombolas » (descendants d’esclaves) un plan d’aide d’urgence pour endiguer l’épidémie dans leurs territoires.

————————

« Cette lettre me réjouit »

Luiz Inacio Lula da Silva, ancien président du Brésil de 2003 à 2010

« Cela me réjouit de voir que 152 évêques ont décidé de signer un manifeste exigeant des politiques plus cohérentes du gouvernement. C’est un bon signe pour l’Église catholique brésilienne.

Il y a longtemps, les évêques constituaient une force très puissante au sein de la société, même sous le régime militaire. La théologie de la libération était fortement présente au sein de l’épiscopat. Mais l’intervention du pape Jean-Paul II dans l’Église brésilienne, en changeant certains évêques, l’a affaiblie et les conservateurs ont pris le dessus. Nous observons à présent que ce comportement a conduit l’Église à perdre de nombreux fidèles, notamment au bénéfice des Eglises évangéliques. »

Pas de commentaire possible.

Agenda
5 octobre 2020
10 octobre 2020

  • Assemblée Régionale Bretagne (décentralisée à Vannes)
    10 octobre 2020 -- 9 h 00 min - 17 h 00 min
    Voir plus de détails

17 octobre 2020
23 octobre 2020
  • Collège ND Le Ménimur / 85 rue de Metz 56000 Vannes
    21 ème braderie du livre d'occasion
    23 octobre 2020 -- 9 h 00 min - 18 h 00 min
    Voir plus de détails

24 octobre 2020
  • Collège ND Le Ménimur / 85 rue de Metz 56000 Vannes
    21 ème braderie du livre d'occasion
    24 octobre 2020 -- 9 h 00 min - 18 h 00 min
    Voir plus de détails

25 octobre 2020
  • Collège ND Le Ménimur / 85 rue de Metz 56000 Vannes
    21 ème braderie du livre d'occasion
    25 octobre 2020 -- 9 h 00 min - 18 h 00 min
    Voir plus de détails

26 octobre 2020

  • Collecte Cellaouate Meucon et Plescop
    26 octobre 2020 -- 8 h 30 min - 11 h 00 min
    Voir plus de détails

Abonnez-vous pour être informé chaque semaine des nouveaux articles de ce site

IMPORTANT : vous devrez CONFIRMER votre abonnement via l'e-mail qui vous parviendra rapidement. Pour en savoir plus sur vos données personnelles lire notre politique de confidentialité.