Article

Lettre de B’tselem : « Désolé monsieur, je ne peux pas tirer »

B’Tselem est une ONG israélienne et se présente comme le centre israélien d’information pour les droits de l’homme dans les territoires occupés. Ci-dessous la lettre qu’elle a publiée après les récents tirs des soldats israéliens sur les manifestants de la bande de Gaza

« Aujourd’hui, nous avons publié des publicités dans les médias israéliens sous le titre « Désolé monsieur, je ne peux pas tirer », appelant les soldats israéliens à refuser des ordres manifestement illégaux à ouvrir le feu sur des manifestants non armés à Gaza… Cette action très inhabituelle de B’Tselem a déclenché un débat en Israël, largement couvert par les médias à travers Israël et l’OPT.

La loi et la morale ne coïncident pas toujours. Il y a cependant des cas évidents, ceux qui percent l’œil et enragent le cœur, «si l’œil n’est pas aveugle et le cœur n’est pas endurci ou corrompu», pour reprendre les termes du juge Binyamin Halevi dans son verdict de 1958 sur le massacre de Kafr Kassem. Dans de tels cas, la loi et la bonne conscience invoquent le même principe moral – un principe qui est aussi celui de l’État d’Israël: les ordres manifestement illicites ne doivent pas être respectés. Les ordres de tirer sur des manifestants non armés à l’intérieur de la bande de Gaza qui ne constituent pas une menace pour la vie ne sont que des ordres manifestement illégaux.

Évidemment, la responsabilité incombe principalement aux décideurs politiques: le premier ministre, le ministre de la Défense et le chef de cabinet. Il leur incombe de ne pas donner d’ordres illégaux aux soldats. Cependant, les événements de vendredi dernier à Gaza, avec le nombre de morts et de blessés, ne peuvent être traités sans intérioriser ce qui s’est déroulé: des soldats israéliens utilisant des tirs réels depuis des heures, contre des manifestants palestiniens non armés qui se trouvaient à Gaza, tout cela dans des circonstances qui ne mettent pas la vie en danger. Ce n’est pas simplement scandaleux. C’est illégal.

Les événements de vendredi dernier ne doivent pas être répétés demain. B’Tselem a averti à plusieurs reprises, à la fois avant et après vendredi dernier. Nous avons exigé, et nous continuons d’exiger, une modification immédiate des commandes. Cependant, il y a deux jours, mardi dernier, le ministre de la Défense a déclaré: «Nous avons clairement défini les règles du jeu, et nous n’avons pas l’intention de les changer. Quiconque tente d’approcher la clôture met sa vie en danger « . En d’autres termes, les commandes illégales restent. C’est inacceptable. Les Palestiniens vivant à Gaza ont le droit non seulement de protester, mais d’abord, ils ont droit à la vie.

B’Tselem appelle le gouvernement israélien à revenir à la raison: On ne doit pas ordonner aux soldats d’utiliser la force meurtrière autrement que dans des situations mettant leur vie en danger. En règle générale, les manifestations à l’intérieur de la bande de Gaza, approchant la barrière ou même la sabotant, ne constituent pas de telles situations. L’approche de la clôture du périmètre de Gaza n’est pas une infraction passible de la peine de mort ou de blessures graves, qui doit être exécutée immédiatement par des tirs à distance.

Mais quand le gouvernement trahit la confiance de ses soldats et leur donne des ordres illégaux, nous sommes ici pour rappeler non seulement les règles de la morale mais aussi les exigences légales : Un ordre manifestement illégal ne doit pas être respecté. Les publicités que nous avons diffusées aujourd’hui dans les journaux israéliens et sur les réseaux sociaux appellent les soldats à refuser de tirer sur les manifestants palestiniens aux frontières de Gaza, car l’utilisation de tirs meurtriers contre des civils qui ne mettent pas leur vie en danger est illégale. Un drapeau noir de l’illégalité survole ces ordres, et ils ne doivent pas être suivis.

Cordialement,

Hagai El-Ad
Directeur exécutif
B’Tselem

Pas de commentaire possible.

Agenda
30 septembre 2022

  • Collecte GDE/DERICHEBOURG équipe CCFD ELVEN
    30 septembre 2022 -- 8 h 00 min - 11 h 00 min
    Voir plus de détails

1 octobre 2022
  • Stade Du Bel Air Auray, Rue du Moulin, 56400 Auray, France
    Collectes papier équipe CCFD Auray
    1 octobre 2022 -- 8 h 30 min - 11 h 30 min
    Voir plus de détails

8 octobre 2022
12 octobre 2022
  • 12 Rue du Verger, 56860 Séné, France
    Chargement Benne DERICHEBOURG équipe CCFD de Séné le Poulfanc de Séné
    12 octobre 2022 -- 9 h 00 min - 11 h 00 min
    Voir plus de détails

15 octobre 2022
  • Place Anne de Bretagne, 56500 Locminé, France
    Collecte "papiers" équipe CCFD de Locminé via DERICHEBOURG
    15 octobre 2022 -- 9 h 00 min - 12 h 00 min
    Voir plus de détails

22 octobre 2022
  • ESPACE MONTCALM - Maison du Diocèse, 55 Rue Mgr Tréhiou, 56000 Vannes, France
    Assemblée Diocésaine du CCFD Morbihan salle 15
    22 octobre 2022 -- 14 h 00 min - 18 h 30 min
    Voir plus de détails

28 octobre 2022
  • Vannes, 85 rue de Metz, Salle des Sports du Collège ND de Ménimur
    Braderie du livre - Collège ND de Ménimur
    28 octobre 2022 -- 9 h 00 min - 18 h 00 min
    Voir plus de détails

29 octobre 2022
  • Vannes, 85 rue de Metz, Salle des Sports du Collège ND de Ménimur
    Braderie du livre - Collège ND de Ménimur
    29 octobre 2022 -- 9 h 00 min - 18 h 00 min
    Voir plus de détails

30 octobre 2022
  • Vannes, 85 rue de Metz, Salle des Sports du Collège ND de Ménimur
    Braderie du livre - Collège ND de Ménimur
    30 octobre 2022 -- 9 h 00 min - 18 h 00 min
    Voir plus de détails

31 octobre 2022
  • Vannes, 85 rue de Metz, Salle des Sports du Collège ND de Ménimur
    Braderie du livre - Collège ND de Ménimur
    31 octobre 2022 -- 9 h 00 min - 18 h 00 min
    Voir plus de détails

Abonnez-vous pour être informé chaque semaine des nouveaux articles de ce site
IMPORTANT : vous devrez CONFIRMER votre abonnement via l'e-mail qui vous parviendra rapidement. Pour en savoir plus sur vos données personnelles lire notre politique de confidentialité.